Dimension économique /

LES ACTUALITÉS

  • Le fardeau économique du diabète au plan international


  • Par Joao da Rocha Fernandes, et Al., Mise en ligne le

  • 30/05/2016


Selon l’IDF, le diabète serait à l’origine de 11 % de l’ensemble des dépenses de santé dans le monde en 2014

Fédération Internationale du Diabète : de nouvelles estimations du coût du diabète

Dans le cadre de la 6e édition de son Atlas du Diabète, la Fédération Internationale du Diabète (IDF) a cherché, de nouveau, à estimer les dépenses de santé liées au diabète dans le monde (194 pays et territoires).

La méthodologie est utilisée depuis 2010 par l’IDF ce qui permet les comparaisons temporelles.

En bref, les dépenses totales de santé attribuables au diabète pour chaque pays/territoire (D) ont été calculées à partir de la combinaison de quatre critères :

  • la prévalence du diabète dans chaque pays, par groupe d’âge et de sexe ;
  • la population totale, par groupe d’âge et de sexe ;
  • les dépenses annuelles de santé par personne, par groupe d’âge et de sexe ;
  • le ratio de dépenses santé entre les personnes atteintes de diabète et les personnes sans diabète, par groupe d’âge et de sexe.

Prévalence et dépenses par pays

La prévalence du diabète est établie par pays à partir d’une revue de la littérature. Les estimations de population sont celles établies par l’Organisation des Nations Unies. Les dépenses de santé par pays sont issues des données publiées par l’OMS. Elles sont réparties par classe d’âge et de sexe en prenant en compte les taux de mortalité par âge et sexe également communiqués par l’OMS et en considérant arbitrairement que 80 % des dépenses de santé sont attribuables à des pathologies fatales. Enfin, le ratio de dépenses santé (R) entre les personnes atteintes de diabète et les personnes sans diabète, a été estimé par les auteurs se situer entre 2 et 3 et décroissant avec l’âge des personnes.

L’ajustement par groupe d’âge et de sexe de ce ratio a été effectué à partir des données de l’assurance santé mutualiste américaine Kaiser Permanent (région Nord-Ouest des États-Unis).

Toutes ces données ont été combinées pour établir le fardeau économique du diabète exprimé en dollar américain 2014 et en dollar corrigé de la parité de pouvoir d’achat (PPA) pour cette même année.

Les dépenses de santé moyennes par personne avec le diabète dans le monde en 2014 ont été estimées se situer entre 1 742 $ PPA (R = 2) et 3 110 $ PPA (R = 3). Les dépenses totales de santé au niveau mondial pour toutes les personnes atteintes de diabète pour la même période ont été estimées entre 674 milliards $ PPA (R = 2) et 1 202 milliards $ PPA (R = 3).

Si l’on retient l’estimation la plus conservatrice (la plus faible), cette dépense représente quand même 11 % de la dépense de santé totale mondiale retenue par l’OMS. Par rapport aux mêmes données établies sur 2013, la dépense mondiale de santé liée au diabète a augmenté globalement de 12 % alors que la prévalence a elle augmenté de 13 % d’une année sur l’autre (de 382 millions d’individus avec un diabète à 387 millions).

Naturellement, les 3/4 des dépenses de santé consacrées au diabète dans le monde concernent l’Europe et l’Amérique du Nord alors que seulement 24 % des patients diabétiques vivent dans ces zones géographiques.

Résultats

Les résultats décomposés par grandes régions sont présentés ci-dessous :

Ces résultats présentent différentes limites. Il est bien difficile de mettre à jour les informations épidémiologiques et économiques sur 194 pays différents et les auteurs posent des hypothèses sans doute discutables. Pour autant, ces données internationales de cadrage continuent de montrer l’importance du fardeau économique du diabète dans les pays développés comme désormais dans les pays en développement et soulignent la nécessité de prévenir une maladie qui affecte de plus en plus de personnes à travers le monde.

Articles en question : Joao da Rocha Fernandes, et al. IDF Diabetes Atlas estimates of 2014 global health expenditures on diabetes. Diabetes Research and Clinical Practice, 2016 ; 117 : 48-54

Lien vers l’article : www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0168822716300808

Le contenu de cet article n’engage que le point de vue de ses auteurs.