Dimension économique /

LES ACTUALITÉS

  • Le diabète a des conséquences directes sur l’emploi


  • Par Dr Bruno Detournay et al., Mise en ligne le

  • 10/11/2016


Les conséquences indirectes du diabète sur l’employabilité ont fait l’objet de différentes études transversales. L’étude présentée repose cette fois sur les données d’une cohorte.

Contexte

Pour estimer les conséquences de la survenue d’un diabète sur l’emploi des personnes concernées, les auteurs d’une étude à paraître ont utilisé les données longitudinales entre 1992 et 2010 de l’enquête Health and Retirement Study aux Etats-Unis. Cette enquête longitudinale est conduite sur un échantillon représentatif des Américains de plus de 50 ans. Tous les deux ans, environ 20 000 entretiens sont réalisés sur des sujets tels que les soins de santé, le logement, l’activité, l'emploi et le handicap. Les auteurs ont identifié dans cette base de données les individus qui avait un travail salarié à l’âge de 55-56 ans. Avec le temps, ces sujets ont pu cesser leur activité du fait de leur retraite, du chômage, de l’apparition d’une invalidité, ou de leur décès ou ont pu tout simplement disparaître de la base (par exemple en refusant de continuer à répondre aux questionnaires). Sur la base des données d’observation de l’enquête, les auteurs ont construit un modèle de projection permettant de définir le risque de survenue de ces différents évènements. Sur 8 179 individus travaillant à l’âge de 55-56 ans, 3 552 patients ont cessé leur activité professionnelle sur la période de l’étude (10 vagues biennales). Les individus qui n’ont pas cessé leur travail à la fin de cette période ou qui ont atteint l’âge de 67-68 ans ont été censurés comme les individus qui n’ont pas répondu à toutes les vagues de l’enquête. Les déclarations des patients ont été prises en compte pour identifier dans la population retenue les cas de diabète débutant et en distinguant les cas de diabète traités pharmacologiquement des cas non traités par des médicaments. Les auteurs ont également identifié les patients diabétiques en analysant les niveaux d’Hémoglobine glyqué des participants, ces derniers ayant fait l’objet de prises de sang systématiques avec conduite d’analyses standardisées tout au long du suivi de la cohorte.

Un modèle de risque à temps discret a été construit par les auteurs pour estimer l’effet du diabète sur le fait de cesser son activité en prenant en compte les caractéristiques socio-économiques des individus, la race ainsi qu’un ensemble de comorbidités susceptibles d’avoir des conséquences sur l’activité professionnelle des patients étudiés.

Résultats

Chez les hommes, les auteurs observent alors que le risque de sortie du marché du travail est 1,4 fois plus élevé chez les individus pour lesquels un diabète a été diagnostiqué et traité pharmacologiquement. Cette association est statistiquement significative. Chez les hommes pour lesquels un diabète non traité pharmacologiquement a été identifié, le sur-risque de sortie du marché du travail est de 1,26 mais non statistiquement significatif.

Chez les femmes, le début d’un diabète traité par médicament est associé à une augmentation du risque de sortie du marché du travail d'environ 13% (hazard ratio: 1,13) mais là encore ce résultat n’est pas significatif et le ratio de risque est proche de 1 en cas de survenue d’un diabète non traité pharmacologiquement.

Cet effet persiste chez les hommes même en contrôlant les résultats pour l'apparition d'autres problèmes de santé : complications du diabète (accident vasculaire cérébral et maladies cardiaques) ou autres, certaines de ces maladies ayant elles-mêmes des effets sur l’emploi (maladies psychiatriques, affections pulmonaires, accident vasculaire cérébral,…). Les auteurs ont finalement étudié la relation entre le niveau d’HbA1c tout au long de l’étude et l’emploi et confirmé que le fait d’avoir un taux d’HbA1c supérieur ou égal à 6,5% avait à peu près le même effet sur l’emploi deux ans plus tard que le fait d’avoir déclaré l’apparition d’un diabète.

Commentaire

Finalement, aux Etats-Unis, le diabète semble avoir un impact important sur l’employabilité des hommes qui approchent l'âge de la retraite. Cette relation concerne uniquement les hommes traités par médicament. Elle n’est pas retrouvée pour les cas de diabète non diagnostiqués ou non traités par médicament et elle semble indépendante du niveau de contrôle du diabète. Elle n’est pas retrouvé également chez les femmes mais le modèle d’emploi des femmes aux Etats-Unis reste assez différent de celui des hommes ce qui complique sans doute les analyses (beaucoup d’emploi à temps partiel par exemple). Par ailleurs, il est possible que les femmes prennent mieux en charge leur diabète que les hommes.

Quoiqu’il en soit, les conséquences collectives sont lourdes, les coûts indirects liés aux incapacités de travail temporaires ou permanentes dues au diabète ont été estimés représenter près d’un tiers des coûts totaux attribuables à la maladie.

Article en question :

Chatterji P, Joo H, Lahiri K. Diabetes and labor market exits: Evidence from the Health & Retirement Study (HRS). The Journal of the Economics of Ageing (2016).

Le contenu de cet article n’engage que le point de vue de ses auteurs.