Dimension économique /

LES ACTUALITÉS

  • Le coût des hypoglycémies


  • Chevalier P et Al., Mise en ligne le

  • 09/11/2015


Patient diabétique et hypoglycémie

De nombreux travaux ont souligné les conséquences sur la qualité de vie et l’impact économique des événements hypoglycémiques chez le patient diabétique et particulièrement chez les cas sévères. Mais finalement peu d’études ont cherché à estimer les coûts induits par ces évènements. Plusieurs raisons expliquent cette situation. D’une part, il n’existe pas de définition consensuelle internationale des hypoglycémies du fait de la variabilité des signes cliniques et des seuils biologiques de déclenchement de leur symptomatologie. D’autre part, les hypoglycémies ont, elles-mêmes, des conséquences très diverses incluant chutes, accidents divers, coma, dépression, démences, détresse psychologique, augmentation du risque de décès plus particulièrement chez les patients diabétiques de type 2 avec des pathologies cardiovasculaires connues. Les tentatives de valorisation conduites en France ont surtout porté sur les hospitalisations, passage aux urgences et transports sanitaires entraînés par les hypoglycémies les plus graves avec des résultats assez variables entre 2 300 € à plus de 7 000 € par épisode en 2013.

Récente étude en Belgique

Une nouvelle étude, conduite chez nos voisins belges, vient d’aborder cette question. Cette étude a été établie à partir d’un échantillon de séjours portant sur environ 20 % des lits hospitaliers dans ce pays. L’analyse des codes diagnostiques des motifs d’hospitalisation dans la base a permis d’identifier les séjours pour hypoglycémie chez les patients diabétiques y compris les cas de coma.
Parmi 43 755 séjours hospitaliers comportant la mention d’un diabète dans les causes principales ou secondaires d’hospitalisations 2 625 (6 %) mentionnaient également la survenue d’une hypoglycémie. Ces hospitalisations sont survenues chez 2 196 patients. Le coût moyen par patient de ces hospitalisations s’élevait à 10 258€ ± 1324 confirmant le coût élevé de ces séjours de plus assez fréquents.

Un des intérêts complémentaires de cette étude tient au fait qu’elle a cherché dans le même temps à examiner la fréquence des hospitalisations pour certains évènements connus comme étant liés aux hypoglycémies. Les auteurs ont ainsi montré que la probabilité d’être hospitalisé au moins une fois dans l’année pour fracture ou pour dépression était plus élevée chez les patients ayant présenté des évènements hypoglycémiques que chez les autres patients diabétiques après ajustement sur l’âge et le sexe (odd-ratios respectifs : 1,247 [1,057-1,470] et 1,9 [1,536-2,351]). Cette relation n’a pas été retrouvée pour ce qui concerne la probabilité d’être hospitalisé pour un évènement cardio-vasculaire, mais la fréquence de ces évènements était significativement plus élevée chez les patients ayant été hospitalisés pour hypoglycémie (p < 0,001).

Enfin, une mortalité plus élevée a été retrouvée lors des séjours associés aux hypoglycémies que dans les autres séjours décrit chez les patients diabétiques et ce, dans toutes les tranches d’âge. Après ajustement sur l’âge et le sexe, l’odd-ratio de la mortalité globale s’élevait à 1,59 [1,38-1,85] entre les séjours pour hypoglycémies et les autres hospitalisations chez les patients diabétiques.

Conclusion et perspectives

Au total, ce travail confirme l’importance du fardeau économique entraîné par les hypoglycémies hospitalisées. Il ouvre également une voie intéressante pour évaluer précisément l’ensemble des conséquences cliniques de ces évènements et les coûts additionnels qui leur sont imputables.

Articles en question : Chevalier P, Vandebrouck T, De Keyzer D, Mertens A, Lamotte M.
Cost and co-morbidities associated with hypoglycemic inpatients in Belgium.
Journal of Medical Economics 2015 ; DOI: 10.3111/13696998.2015.1086775

Lien vers l’article : http://www.tandfonline.com/doi/full/10.3111/13696998.2015.1086775

Le contenu de cet article n’engage que le point de vue de ses auteurs.