Dimension économique /

LES ACTUALITÉS

  • Non-adhésion aux traitements du diabète : conséquence économique


  • PAR Letassy N. et Al., Mise en ligne le

  • 11/12/2015


Une revue de la littérature sur l’adhésion des patients aux traitements du diabète souligne les liens existant entre cette dernière, les résultats de santé et les coûts associés.

Adhésion au traitement des patients diabétiques

Une nouvelle revue de la littérature sur la question de l’adhésion des patients diabétiques à leurs traitements vient tout juste d’être publiée. L’objectif principal de cette revue systématique était de résumer les preuves existantes concernant à la fois les facteurs de risque de non-observance des traitements hypoglycémiants prescrits mais également les conséquences de cette dernière sur le contrôle glycémique comme sur les coûts directs du diabète. Enfin, les auteurs se sont intéressés aux interventions permettant d’améliorer les comportements des patients dans ce domaine.

Non-observance et impact économique

Les auteurs ont retenu 98 publications qu’ils ont classées en trois catégories : les études rétrospectives, celles prospectives et les études interventionnelles.

Un premier constat résultant des études analysées (principalement anglo-saxonne, il est vrai) est que près de 10 % des patients avec un diabète ne prennent tout simplement pas le traitement qui leur est prescrit. Un second constat est que 15 % abandonneraient leur traitement dans les 6 mois suivant la prescription. Les problèmes d’adhésion au traitement seraient particulièrement importants chez les patients traités par insuline (par rapport aux traitements oraux). Une meilleure adhésion aux traitements serait clairement associée à une amélioration du contrôle glycémique, une réduction des recours aux urgences et des hospitalisations et une réduction des coûts directs de prise en charge des patients. En ce qui concerne ces derniers, la revue identifie différentes études évaluant l’impact économique de la non-adhésion aux traitements. Ainsi, l’étude de Kleinman et al. (2008) montrait une réduction significative des coûts pour chaque augmentation de 10 % de l’indice de possession d’un traitement par insuline basale (Médication Possession Ratio : un des indicateurs fréquemment utilisé pour aborder la question de l’adhésion). Sur la base des données des vétérans aux États-Unis, Egede et al. ont estimé qu’une non-adhésion aux traitement du diabète se traduisait par une augmentation de la mortalité et de 41 % des coûts d’hospitalisation des patients. D’autres études ont montré que le fait de prendre son traitement se traduisait par des économies nettes pour le patient comme pour les systèmes de santé sur les coûts directs de prise en charge mais également sur les coûts indirects liés à l’absentéisme des malades.

Conclusion

Pour autant, la plupart de ces travaux restent difficiles à interpréter et à généraliser compte-tenu de la variabilité des populations incluses, de la faiblesse des méthodologies permettant de mesurer la non-adhésion aux traitements et de l’absence relative d’études contrôlées dans ce domaine. Si cette thématique est souvent mise en avant par les professionnels comme par les autorités de santé soucieuses d’améliorer l’efficience des prises en charge dans le domaine du diabète, il manque, sans doute encore, d’une étude, si possible dans le contexte français, permettant d’éclairer définitivement ce débat.

Articles en question : Capoccia K, Odegard PS, Letassy N. Medication Adherence with Diabetes Medication: A Systematic Review of the Literature. The Diabetes Educator. doi:10.1177/0145721715619038

Lien vers l’article : http://tde.sagepub.com/content/early/2015/12/03/0145721715619038.full

Le contenu de cet article n’engage que le point de vue de ses auteurs.