Dimension économique /

LES ACTUALITÉS

  • Qualité de vie chez les patients diabétiques et instruments


  • Par Polonsky W. et al., Mise en ligne le

  • 25/11/2016


En 2015, 1273 articles scientifiques ont traité de la qualité de vie chez les patients diabétiques… pour autant les résultats restent souvent peu interprétables…

Contexte

Depuis une dizaine d’années, il est apparu que la mesure de l’impact des nouvelles interventions dans le diabète (celles-ci correspondent à des traitements, des dispositifs médicaux ou des programmes) ne devait pas nécessairement se limiter à la mesure de leur efficacité clinique mais devait également prendre en compte leurs effets sur le bien-être et la qualité de vie liée à la santé (QdVLS) des patients.
Malheureusement, l'absence de définition consensuelle de ce que recouvre cette notion de QdVLS et la faiblesse des recommandations en matière de sélection des outils de mesure génériques ou spécifiques de cette qualité de vie a fait que, trop souvent, les mesures effectuées sont apparues inadaptées aux problématiques abordées. Au mieux, les résultats de QdVLS ont été considérés comme des critères secondaires dans la plupart des essais d’intervention. Enfin, les outils étant différents, il est apparu bien difficile de comparer les résultats obtenus.
Les auteurs d’une synthèse récente sur cette question ont cherché à comparer les différentes définitions de la qualité de vie liée à la santé utilisées dans les études sur le diabète et à déterminer dans quelles conditions pratiques des indicateurs de qualité de vie pourraient être intégrés plus efficacement dans les protocoles de recherche et de soins dans le diabète. Pour eux, le problème auquel font face de nombreux cliniciens et chercheurs en diabète n'est pas de savoir si l’impact de l’intervention étudiée sur la QdVLS doit être évaluée mais de savoir comment cela peut-être mieux fait : quels aspects de la QdVLS devraient être pris en compte ?, Comment devraient-ils être mesurés ?Et Quand devraient-ils être évalués ?

Méthode

A partir d’une revue de plus de 17 questionnaires de qualité de vie spécifiques du diabète et de nombreux questionnaires génériques (non spécifiques d’une pathologie) comme des articles généraux les auteurs suggèrent que la définition de la QdVLS se réfère explicitement à la perception subjective d’un patient ou d’un groupe de patients de l’effet d’une intervention. Les auteurs proposent également un cadre conceptuel qui devrait permettre selon eux de sélectionner parmi les outils de mesure de la QdVLS ceux qui sont adaptés au contenu de l’intervention évaluée et à l’objectif poursuivi. Ils distinguent ainsi les outils de mesure générique et les outils spécifiques du diabète mais différencient également les outils de mesures globaux des outils de mesures par domaine et séparent ainsi les outils disponibles en 4 groupes d’instruments.
Enfin, ils recommandent que les choix en matière d’instruments de mesure de la qualité de vie soient orientés par 4 considérations : 1°) l’opinion des patients eux-mêmes sur l’instrument, 2°) les caractéristiques de la population concernée 3°) la sensibilité et la validité interne des instruments 4°) le choix du moment de l’évaluation.

Commentaire

On peut sans doute reprocher aux auteurs, le caractère général de leurs propositions qui se veulent pourtant pratiques. On peut également s’interroger sur le fait qu’ils n’abordent à aucun moment la question pourtant essentielle aujourd’hui de la mesure de la qualité de vie au sens économique, c’est-à-dire de la préférence pour tel ou tel état de santé (utilité). Ils ont néanmoins le mérite de soulever clairement le problème posé par le caractère trop peu rigoureux des mesures de l’impact des interventions sur la qualité de la vie des patients diabétiques.

Article en question :

Chatterji P, Joo H, Lahiri K. Diabetes and labor market exits: Evidence from the Health & Retirement Study (HRS). The Journal of the Economics of Ageing (2016).

Lien vers l’article : http://dx.doi.org/10.1016/j.diabres.2016.10.018

Le contenu de cet article n’engage que le point de vue de ses auteurs.