Dimension économique /

LES ACTUALITÉS

  • Le renoncement aux soins pour des raisons de coût


  • Par Rosselet PC et al., Mise en ligne le

  • 13/06/2017


Les conséquences sur la qualité de la prise en charge des patients diabétiques des renoncements aux soins du fait du coût de ces derniers restent méconnues.

L’étude

Une étude suisse récente parue dans l’European Journal of Internal Medicine s’est intéressée à la question des renoncements aux soins résultant des coûts de ces derniers pour les patients diabétiques. Ces renoncements seraient observés chez 4% à 30% des patients dans la littérature internationale. Ils peuvent naturellement avoir des conséquences plus importantes chez des patients présentant des maladies chroniques aux conséquences multiples nécessitant suivi et traitement régulier. Les auteurs ont suivi une cohorte de 519 patients diabétiques vivant dans le canton de Vaud pendant 3 ans en distinguant deux groupes de patients selon qu’initialement, ils avaient répondu positivement ou négativement à la question suivante : « Au cours des 12 derniers mois, avez-vous renoncé à un type quelconque de soins du fait des sommes que vous auriez eu à payer pour ces derniers ? ». Au total, environ un patient diabétique sur six a répondu par l’affirmative à cette question (15.7% ; IC95% :12.5%–18.9%). Les renoncements concernaient surtout les soins dentaires (9.7% des patients) et podologiques (5.2%). Les personnes ayant renoncé aux soins étaient plus souvent des femmes, des non-suisses, des bénéficiaires de subsides de l'assurance maladie, plus souvent inactifs et vivant seuls, avec un niveau d’éducation tendanciellement plus faible ce qui n’est guère étonnant. De manière plus intéressante, ils présentaient plus de comorbidités et leur perception de leur état de santé était plus négative. Sur le plan de leur recours aux soins, ils avaient consulté aussi souvent les professionnels de la santé mais avaient été plus souvent hospitalisés, avaient eu plus souvent recours aux urgences et bénéficié plus souvent également d’une éducation thérapeutique.

Prise en charge des patients, critères de qualité des soins

Les auteurs ont examiné la prise en charge de ces patients en retenant 8 critères de qualité des soins : dosage annuel d’HbA1c, examen ophtalmologique dans les 2 ans, recherche annuelle de microalbuminurie, examen annuel des pieds, profil lipidique annuel, vaccination contre la grippe, auto-surveillance glycémique, connaissance de l’HbA1c. Aucune différence statistiquement significative n’a été mise en évidence entre les deux groupes sur l’ensemble de ces critères mais les effectifs considérés restaient faibles. En revanche, le taux moyen d’HbA1c était plus élevé dans le groupe ayant renoncé aux soins (7.8% versus 7.3%, p=0.03). La qualité de vie liée à la santé mesurée par différents questionnaires génériques ou spécifiques était également nettement inférieure chez les patients ayant renoncé aux soins ainsi que leur satisfaction par rapport aux soins délivrés. Bien que l’étude ne mette pas en évidence d'impact sur la qualité des soins délivrés à ces patients pendant une période de trois ans, elle ne doit pas conduire à une sous-estimation du risque potentiel associé à ces renoncements aux soins chez des sujets fragiles et souvent en plus mauvais état de santé que le reste de la population. Les professionnels de santé devraient être conscients de cette question, interroger leurs patients en ce sens et chercher autant que possible à minimiser les conséquences de ces situations par un soutien plus actif en particulier éducatif (ce qui semble être fait dans la population étudiée).

Commentaire

Mais c’est naturellement aux systèmes de santé de s'efforcer de réduire le pourcentage de personnes qui renoncent aux soins en raison des coûts au minimum par une meilleure adaptation des couvertures assurantielles en particulier. Différents travaux en cours en Suisse comme en France, et dans d’autres pays, vont continuer à explorer les questions médicales, économiques et éthiques que soulèvent ces comportements chez les patients atteints de maladie chronique.

Articles en question :

Rosselet PC, Zuercher E, Pasquier J, Burnand B, Peytremann-Bridevaux I. Impact of forgoing care because of costs on the quality of diabetes care: A three-year cohort study. European Journal of Internal Medicine 2017;41:e35–e37

Lien vers l’article :

Télécharger l’article

 

Le contenu de cet article n’engage que le point de vue de ses auteurs.