Dimension économique /

LES ACTUALITÉS

  • DT1 : une évaluation économique des prises en charge


  • Par Dr Bruno Detournay et al., Mise en ligne le

  • 04/10/2016


Introduction

De nombreuses évaluations économiques des différents traitements utilisés dans le diabète de type 2 sont disponibles dans la littérature. A l’inverse, la thérapeutique du diabète de type 1 (DT1) fait rarement l’objet de réflexions économiques, les alternatives restant limitées. Une équipe anglaise a cherché à déterminer, chez les patients DT1 l’impact théorique sur la qualité de vie d’interventions agissant de manière isolée ou combinée sur la fréquence des hypoglycémies, la maîtrise du poids et l’équilibre glycémique (niveau d’HbA1c) trois paramètres interdépendants et essentiels de la prise en charge de ces malades.

Actions

Les auteurs ont utilisé un modèle probabiliste (le Cardiff Type1 Diabetes Model) fondé sur les données de l’essai DCCT, des équations de risque cardiovasculaire de Framingham de l’étude EDIC et des équations de risques obtenues à partir du registre national suédois du diabète. Ce modèle simule la survenue des complications microvasculaires et macrovasculaires du diabète comme la survenue d’évènements aigus : hypoglycémie et acido-cétose sous l’influence de différents facteurs de risque considérés simultanément. La population étudiée avait les caractéristiques de la population des patients diabétiques de type 1 au Royaume-Uni. En l’absence d’intervention spécifique, il a été supposé que le taux d’HbA1c augmentait chaque année de 0,045 points de %. Les coûts de prise en charge du diabète et des complications ont été estimés à partir des bases de données économiques anglaises. La survenue des complications a été associée à une réduction de la qualité de vie des patients estimée à partir de données de la littérature et les résultats du modèle sont exprimés en années de vie sauvées mais également en années de vie ajustées par la qualité de vie (QALY). Le modèle utilisé a fait l’objet d’une validation interne et externe largement décrite dans la publication.

Résultats

Appliqué à une population de patients diabétiques de type 1 d’âge moyen de 43 ans, il estime l'espérance de vie de ces patients à 69,3 ans représentant 26,3 ans de vie (respectivement 16,8 années de vie et 10,4 QALY en prenant en compte un taux d’actualisation annuel de 3,5%).

Atteindre et maintenir une réduction de 1% du taux d'HbA1c se traduisaient par un gain estimé de 0,64 ans et de 0,61 QALY. Les gains ou pertes de poids de ± 1kg, ± 2 kg ou ± 3 kg étaient associés à des changements de ± 0,03, ± 0,07 et ± 0,10 QALY respectivement. La réduction de la fréquence des hypoglycémies de -10%, -20% ou -30% entraînait des gains de +0,05, +0,11 et +0,17 QALYs respectivement. Inversement l’augmentation de la fréquence des hypoglycémies de + 10%, + 20% ou + 30% se traduisait par des pertes de -0,05, -0,09 et -0,13 QALY respectivement. L'effet combiné de l'augmentation du poids de 3 kg et d’une augmentation de 30% de la fréquence des hypoglycémies diminuait l'espérance de vie ajustée sur la qualité de vie de 0,23 QALY. L’effet négatif d’une augmentation du poids et de la fréquence des hypoglycémies et très largement contrebalancé par l’effet positif d’une baisse significative du taux d’HbA1c.

Conclusion

Sur le plan des coûts, toutes choses égales par ailleurs le fait de maintenir un taux d’HbA1c autour de 6% se traduit par une consommation totale de soins de £39 508 sur une espérance de vie de 30,2 ans. A contrario, un taux d’HbA1c à 10% maintenu sur la vie entière se traduit par une dépense de soins de £72 586 et une espérance de vie de 23,9 ans. La diminution de l’espérance de vie est donc accompagnée ici d’une forte augmentation des dépenses de santé.

Ces résultats ne sont pas surprenants mais plutôt rassurants. Ils ont l’intérêt de quantifier, certes dans un contexte nord-européen, la valeur ajoutée des prises en charge du diabète de type 1. Il serait intéressant de pouvoir les reproduire au niveau de la France ce qui supposerait, en particulier, de disposer d’équations de risque de complications chez les patients diabétiques de type 1 dans notre pays. Voilà un beau projet pour les épidémiologistes et les économistes français !

Articles en question :

Mc Ewans P, Bennet H, Fellows J, Priaulx J, Bergenheim K. The Health Economic Value of Changes in Glycaemic Control, Weight and Rates of Hypoglycaemia in Type 1 Diabetes Mellitus. PLOS ONE. September 2016.

Lien vers l'article

Le contenu de cet article n’engage que le point de vue de ses auteurs.