Épidémiologie /

LES ACTUALITÉS

  • Etude SOS : maladies cardiovasculaires et mortalité après chirurgie bariatrique


  • par Eliasson B, et al., Mise en ligne le

  • 30/10/2015


Étude SOS

Mais très peu d’études ont évalué la mortalité dans cette population particulière. Ainsi la grande étude Swedish Obese Subjects (SOS) Study, de cohorte nationale, appariée et observationnelle, qui ne comptait que 7% de diabétiques et comparaît de façon globale toutes les techniques chirurgicales, a démontré une diminution de 44 % du risque relatif d’infarctus du myocarde chez les diabétiques opérés. Aucune grande étude concernant spécifiquement l’effet du by pass dans une population diabétique n’a encore été publiée.

Population

La population étudiée est issue de deux grands registres suédois : le registre national du diabète et le registre scandinave de la chirurgie de l’obésité. Seuls les patients ayant eu un by pass entre 2007 et 2014 sont retenus. Ils sont appariés sur le sexe, l’âge, l’IMC avec des diabétiques qui ne sont pas opérés. Ainsi, 6 132 patients sont inclus dans le groupe « diabétiques opérés » et comparés à 6 132 patients appariés dans un groupe « diabétiques non opérés ». Il n’y avait pas de différence entre les groupes sur l’âge, l’ancienneté du diabète, le LDL cholestérol. Les patients du groupe « diabétiques opérés » sont plus jeunes et ont une PA plus élevée ; dans ce même groupe, les fumeurs

sont moins nombreux de même que les patients qui ont déjà eu un AVC ou un épisode d’insuffisance cardiaque congestive.

Résultats

Après un suivi médian de 3,5 années et après ajustement sur les on note dans le groupe « diabétiques opérés » une réduction de :

  • * 58 % de la mortalité totale (HR = 0,42 (IC 95 % : 0,30-0,57 ; p < 0,0001)) ;
  • * 59 % de décès cardiovasculaire (HR = 0,41 [IC 95 % : 0,19-0,90 ; p = 0,026)) ;
  • * 49 % d'un infarctus du myocarde fatal ou non fatal (HR = 0,51 [0,29-0,91] ; p = 0,021).

Les facteurs permettant cette amélioration ne sont pas détaillés et sont probablement multifactoriels.

La principale faiblesse de cette étude réside dans les différences entre les deux groupes à l’inclusion (niveau tensionnel, utilisation d’hypolipémiant, antécédent cardiovasculaire notamment).

Article en question: Eliasson B, Liakopoulos V, Franzén S, Näslund I, Svensson AM, Ottosson J, Gudbjörnsdottir S.Cardiovascular disease and mortality in patients with type 2 diabetes after bariatric surgery in Sweden: a nationwide, matched, observational cohort study. Lancet Diabetes Endocrinol 2015;3:847-54.

Lien vers l’article : http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2213858715003344

Le contenu de cet article n’engage que le point de vue de ses auteurs.