Pratiques et organisations des soins /

LES ACTUALITÉS

  • Etude « DALI Pilote Mode de Vie » et Diabète Gestationnel


  • PAR David Simmons et col, Mise en ligne le

  • 26/10/2015


Principe de l’étude DALI Pilote Mode de Vie

Cette étude pilote européenne menée dans neuf pays européens a testé un coaching face/face et téléphonique motivationnel optionnel, les femmes enceintes à risque (ici IMC ≥29 kg/m2) ont été invitées à procéder à un test oral de tolérance au glucose de 75 g avant la 20ème semaine. Celles sans diabète gestationnel (DG) ont été randomisées pour l’activité physique (PA), ou Alimentation Saine (HE) ou les deux HE + PA. Les femmes ont reçu cinq sessions face-à-face et quatre sessions de coaching téléphonique optionnelles, suivant les principes de l'entrevue motivationnelle. Un gain de poids gestationnel (GWG) <5 kg était visé. Les responsables de ce coaching ont reçu une formation spécifique standardisée et une boîte à outils d'intervention. Les objectifs principaux étaient le gain de poids, la glycémie à jeun et sensibilité à l'insuline (HOMA) à 35-37 semaines.

 

Observations issues de l’étude

Parmi les 150 femmes ayant participé à l'essai, 32% ont développé un DG à 35-37 semaines et 20% atteint une prise de poids <5 kg. Les femmes ayant bénéficié d’une approche « nutritionnelle » (HE) femmes avaient moins de prise de poids (-2,6 kg [IC 95% -4,9, -0,2]; p = 0,03) et une baisse de glycémie à jeun (-0,3 mmol / L [-0.4, -0,1]; P = 0,01) meilleure que celles du groupe activité physique (PA ) à 24-28 semaines. Le HOMA était comparable.

 

Commentaire

Une prise en charge préventive efficace du DG chez des femmes enceintes à risque reste non démontrée et à bâtir. Ici l’intervention nutritionnelle prénatale est associée à moins de prise de poids durant la grossesse et de meilleures glycémies à jeun meilleure que l’accroissement de l’activité physique. Cette étude pilote sera suivie d’une étude à grande échelle pour le confirmer mais soutient l'utilisation d’une intervention nutritionnelle chez les femmes enceintes en surpoids ou obèses. Un coaching offert par des structures dédiées, dans ou hors les murs de l’hôpital, est une solution intéressante peu coûteuse pour réduire la forte prévalence du DG dans la population des femmes à risque.

 

A noter, l’absence de centre d’investigation français sur les 9 pays

 

Articles en question :

Results From a European Multicenter Randomized Trial of Physical Activity and/or Healthy Eating to Reduce the Risk of Gestational Diabetes Mellitus: The DALI Lifestyle Pilot

Diabetes Care 2015, septembre ;38:1650–1656) David Simmons et col

Lien vers l’article : http://care.diabetesjournals.org/lookup/suppl/doi:10.2337/dc15-0360/-/DC1

Le contenu de cet article n’engage que le point de vue de ses auteurs.