Pratiques et organisations des soins /

LES ACTUALITÉS

  • Les boulangers à risque de diabète ?


  • Serge Halimi, Mise en ligne le

  • 31/07/2017


Une vaste enquête menée en France nous éclaire sur les risques de diabète chez les boulangers pâtissiers français.

Contexte

Les auteurs rappellent que la France manque de données concernant le risque de diabète de type 2 (DT2) dans la population active française, rien de publié à ce jour, et qui plus est selon les populations selon leur activité professionnelle. Les objectifs de ce travail étaient d’évaluer ce risque chez les boulangers-pâtissiers français en utilisant le questionnaire FINDRISC (qFR) et d’autre part d’identifier les facteurs associés à un risque élevé et très élevé de diabète.

Méthodes

Il s'agit d'une enquête transversale menée par téléphone de mai 2015 à mai 2016. Sur la base de données des employés de la boulangerie-pâtisserie française (n = 105 825). Ces entretiens téléphoniques furent menés par 6 infirmières. Ils ont permis de recueillir les réponses au FINDRISC (qFR) ainsi que les temps et modes de travail de ces professionnels. On rappelle que le score qFR comporte 8 items. Il aboutit à un score global allant de 0 à 26 et permet une catégorisation des sujets en 5 niveaux de risque. Les analyses ont concerné tous les professionnels ayant répondu, les répondants âgés de 45 ans et plus et les répondants âgés d’au moins 45 ans et ayant au moins un des 3 principaux facteurs de risque de DT2 qui sont : l’IMC ≥ à 28 kg/m2, des antécédents d’HTA ou de parent de 1er degré présentant un DT2.

Résultats 1

Après exclusion des sujets retraités, des personnes présentant un diabète connu et de ceux non joignables, 30 248 sujets ont pu être contactés, dont 20 029 ont accepté de participer et 19 951 ont répondu à l’ensemble des questions.

Résultats 2

L’âge moyen des répondants était de 38,0 ± 13,5 ans, 9 891 (49,6 %) étaient des hommes, 37,0 % présentaient une surcharge pondérale et 46,9 % avaient un tour de taille élevé (supérieur à 94 cm pour les hommes et 80 cm pour les femmes). La moyenne du score issu du qFR était de 5,9 ± 4,4. La répartition des sujets selon les scores issus du qFR était : 20 (élevé ou très élevé) : 4,0 % (n = 802). Pour les sujets dont l’âge est au moins 45 ans d’une part et ceux dont l’âge est au moins 45 ans et présentant un facteur de risque de diabète d’autre part, la probabilité élevée ou très élevée de développer un DT2 était respectivement de 8,1 % et 15,5 %. Les sujets qui travaillent à temps partiel (OR : 1,4 ; p = 0,0004) et ceux qui travaillent dans le secteur de la vente (OR : 1,6 ; p = 0,0016) étaient significativement plus susceptibles d’avoir un risque élevé ou très élevé de développer un DT2.

Conclusion des auteurs

L’enquête montre que les employés de la boulangerie-pâtisserie française ne semblent pas plus à risque de surpoids et de DT2 que la population générale. Mais elle souligne la nécessité d’une attention toute particulière chez les sujets ≥ 45 ans ayant au moins un des principaux facteurs de risque de diabète, de même que ceux travaillant à temps partiel et/ou dans le secteur de la vente. Une procédure de repérage des sujets les plus à risque de DT2 utilisant le score FINDRISC semble pertinente pour orienter les actions de prévention en milieu professionnel.

Commentaires

C’est un remarquable travail mené par une équipe française qui porte sur un nombre considérable de personnes et montre que certaines équipes ont aujourd’hui la capacité, le savoir-faire et surtout l’énergie que nous ne trouvions auparavant que chez nos voisins britanniques ou scandinaves. Quel diabétologue n’était-il pas curieux de connaître ces données ? Grand bravo à l’équipe de Nancy !

Critiques

On aimerait aussi connaître la prévalence de diabète déjà diagnostiqué dans la population étudiée. Mais il ne s’agit que du résumé publié lors de la SFD de Lille 2017 et nul doute que cette étude nous réserve encore quelques belles données.

 

Article en question :
Estimation du risque de développer un diabète de type 2 par le score FINDRISC chez les boulangers-pâtissiers français : enquête nationale chez près de 20 000 sujets Philip Böhme et col. Nancy, France. CA-061. Diabetes Metab 2017, 43, A51-A117 A 71

(Pour des raisons de copyright, l’accès à certains articles peut être soumis à un acte d’achat ou réservé aux abonnés du site hébergeant cet article)

Le contenu de cet article n’engage que le point de vue de ses auteurs