Pratiques et organisations des soins /

LES ACTUALITÉS

  • Vacciner contre la grippe les DT2 réduit les hospitalisations


  • Par Vamos EP et al , Mise en ligne le

  • 28/09/2016


La vaccination contre la grippe réduit considérablement les séjours hospitaliers et les décès de toutes causes chez les diabétiques de type 2.

Contexte : Les épidémies de grippe ont des conséquences majeures sur la santé des populations et explique en grande partie l’excès de mortalité hivernale. On sait que le syndrome infectieux grippal peut provoquer la majoration des thromboses vasculaires en particulier coronaire et vasculaire-cérébrale. La vaccination est recommandée à des populations cibles qui diffèrent selon les pays. En Europe elle est plus recommandée aux sujets de plus de 60 ans et/ou fragiles, en particulier ceux atteints d’affections chroniques comme le diabète, aux USA elle est plus universelle, conseillée dès l’âge de 6 mois. Chez l’adulte sain, l’immunité conférée atteint 70-90%. Cependant cette couverture n’est pas admise par tous et elle serait surtout bien moindre chez les sujets plus âgés, plus fragiles dont les personnes ayant un diabète de type 2 (DT2). De plus peu d’études se sont penchées sur les effets de cette vaccination chez des sujets ayant des antécédents cardiovasculaires, ou ces travaux manquaient de puissance surtout pour observer un effet sur la mortalité, et peu se sont intéressées à de tels patients de plus ayant un DT2. En somme le but de ce travail fut de comparer la fréquence des hospitalisations pour motifs cardiovasculaires, pneumopathie, grippe et les décès chez les DT2 selon qu’ils avaient été vaccinés ou non.

Méthode : Le travail a porté sur une des plus larges bases de données au monde, la Clinical Practice Research Datalink (UK) qui permet de suivre en Grande-Bretagne les patients suivis en MG et de croiser les données avec celles avec les registres d’hospitalisation et de décès à l’échelon national. L’approche choisie a permis d’étudier un échantillon représentatif qui couvre 5% de la population générale en Angleterre, 300 médecins généralistes, sur 7 années de 2003/2004-2009/2010. Les cohortes de chaque année (septembre à août suivant) étaient étudiées selon les 4 saisons et la période pré ou post épidémie de grippe. Cette période épidémique étant définie par un seuil de grippe de 30/100 000 personnes. Le statut vaccinal a été adapté en 2009/2010 puisque suite à la pandémie de H1N1, le vaccin fut modifié. Les DT2 qui avaient reçu le vaccin étaient plus âgés, plus « malades » recevaient plus de traitements de toutes sortes, mais avaient de meilleurs HbA1c et cholestérol. Un ajustement sur plusieurs de ces facteurs confondants a été réalisé.

Résultats : L’étude a inclus 124 503 DT2 soit 623 591 patients/années d’observation sur 7 années. Durant tout le suivi, furent enregistrés : 5142 hospitalisations pour IM, 4515 pour AVC, 12 915 pour insuffisance cardiaque (IC), 14 154 pour grippe ou pneumopathie et 21 070 décès. Avant ajustement, les vaccinés avaient plus d’hospitalisations consécutivement à leur plus grande fragilité. Après ajustement les DT2 vaccinés avaient -22% hospitalisations pour IM, - 17% pour IC, -25% pour pneumonie ou grippe, -18% pour AVC (IC limite) et – 50% de mortalité toutes causes durant la période d’épidémie de grippe.

Discussion : C’est la première étude qui permet d’affirmer un bénéfice majeur de la vaccination antigrippale chez les DT2 et pas uniquement en termes de morbi-mortalité directement consécutive à la grippe elle-même ou à ses complications pulmonaires. Ceci confirme une méta-analyse antérieure. Cette étude s’étalant sur plusieurs saisons a le mérite de répondre au mieux à la question du fait des variants dans les virus chaque année et des variants de couverture vaccinale induits par ces modifications virales et vaccinales.

Commentaire : Cette étude de très grande envergure peut enfin répondre à la question de l’intérêt de la vaccination antigrippale dans la population des DT2 en particulier âgés de plus de 65 ans. Un bénéfice sur la réduction des séjours pour grippe ou complications pulmonaires mais pas seulement, aussi mortalité toutes causes réduite de 50% et diminution des séjours pour évènements cardiovasculaires majeurs dont l’IC. On sait qu’en France la couverture vaccinale contre la grippe a subi de plein fouet le contrecoup de la controverse sur la vaccination H1N1 depuis 2010. Du fait que cette souche est intégrée aujourd’hui au vaccin contre la grippe, on constate une forte méfiance peu irrationnelle particulièrement de la part des personnes âgées. Ceci fait obstacle pour cette vaccination, même de la part des diabétiques. Faisons donc en sorte de faire connaître cette très grande étude pour essayer de convaincre les patients diabétiques, âgés surtout, de se faire vacciner contre la grippe puisque ce geste réduit plus que tout autre les décès et des complications cardiovasculaires gravissimes. En terme médico-économique enfin on imagine la réduction de coût que ce simple geste peut représenter.

Article en question : Vamos EP et al. Effectiveness of the influenza vaccine in preventing admission to hospital and death in people with type 2 diabetes. CMAJ. July 2016.

Lien vers l’article :https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27455981

Le contenu de cet article n’engage que le point de vue de ses auteurs.