Vécu et perception /

LES ACTUALITÉS

  • Contrôle continu du glucose et seuil de perception des hypoglycémies


  • Par Cornelis A J van Beers et al., Mise en ligne le

  • 09/01/2017


Réduire les hypoglycémies sévères et améliorer le seuil de perception restent un enjeu majeur dans le diabète de type 1. Le contrôle continu du glucose le permet-il ?

Contexte :

La survenue d’hypoglycémies est un des freins majeurs au bon contrôle glycémique, tout particulièrement dans le diabète de type 1. Chez l’adulte, l’incidence d’hypoglycémies modérées est d’une à deux par patient et par semaine, et celle d’hypoglycémies sévères (nécessitant l’intervention d’une tierce personne) varie selon les études de 0,2 à 3,2 évènements par patient et par année. Le risque d’hypoglycémie sévère augmente avec la durée du diabète de type 1 et surtout la diminution du seuil de perception des hypoglycémies, diminution favorisée par la répétition des évènements hypoglycémiques. La non perception de l’hypoglycémie concerne environ 25 % des adultes diabétiques de type 1 et augmente de 3 à 6 fois le risque d’hypoglycémie sévère.

Dans l’étude IN CONTROL ici décrite, les auteurs comparent l’impact de la mesure continue du glucose (CGM) sur le contrôle de la glycémie et la réduction du seuil de perception des hypoglycémies, par rapport à une autosurveillance « classique » (SMBG) chez des adultes diabétiques de type 1.

L’étude

Cinquante-deux patients, traités par pompe ou schéma basal bolus et ne percevant plus les hypoglycémies modérées, ont participé à un essai randomisé, en ouvert et en crossover. Tous ont bénéficié d’un cycle d’éducation sur la prévention, la reconnaissance et la gestion des hypoglycémies avant l’entrée dans l’étude. Puis de façon aléatoire, ils se sont vus attribuer une des deux séquences de surveillance : 16 semaines CGM, 12 semaines de wash out, puis 16 semaines de SMBG (séquence CGM-SMBG) ; ou 16 semaines SMBG, 12 semaines de wash out, puis 16 semaines de CGM (séquence SMBG-CGM).

La période passée en normoglycémie est plus importante pendant la période CGM en comparaison de la période SMBG et ce quel que soit la séquence (65,0 % versus 55,4%, p<0,001). Il existe aussi bien une réduction du temps passé en hypoglycémie, que du temps passé en hyperglycémie sous CGM. Le nombre d’hypoglycémies sévères diminuent sous CGM, 14 évènements au lieu de 34 sous SMBG (p=0,033).

Malgré cette réduction des hypoglycémies sévères sous CGM, il n’a pas été mis en évidence de modification cliniquement significative de la perception des hypoglycémies sous CGM en comparaison à la période SMBG. Certes, on assiste, sous CGM, à une réduction du temps passé en hypoglycémie, mais pas à une disparition des hypoglycémies. Probablement qu’une réduction plus importante des évènements hypoglycémiques sur un temps plus long sont nécessaires pour améliorer la perception des évènements par les patients.

Les scores des échelles de qualité de vie ne rapportent pas, non plus, d’amélioration sous CGM. Ces résultats suggèrent que les patients restent inquiets par rapport au risque d’hypoglycémie et ne constatent pas d’impact sur leur qualité de vie de l’amélioration du contrôle glycémique sous CGM.

Une autre étude, a elle montré, une amélioration de la perception des hypoglycémies (HypoCOMPaSS), mais l’intervention comprenait, au-delà de l’utilisation du CGM, un suivi rapproché et un renforcement éducatif important et répété. Ceci confirme les données d’une méta analyse récente de Yeoh et al, qui démontre que l’éducation thérapeutique structurée réduit, sur le long terme, les évènements hypoglycémiques et permet l’amélioration du seuil de perception.

Commentaire

Beaucoup de questions restent encore sans réponse. L’amélioration du seuil de perception des hypoglycémies par l’utilisation du CGM seul n’est toujours pas clairement démontrée. Le CGM, et toutes autres améliorations technologiques, permettront-elles d’améliorer la perception des hypoglycémies sur le long terme au même titre qu’une éducation thérapeutique bien conduite et un accompagnement des patients ? Probablement que la réponse réside dans une association judicieuse de ces différentes approches.

Bibliographie

  • 1. Little SA et al. Recovery of hypoglycemia awareness in longstanding type 1 diabetes: a multicenter 2 x 2 factorial randomized controlled trial comparing insulin pump with multiple daily injections and continuous with conventional glucose self-monitoring(HypoCOMPaSS). Diabetes Care 2014; 37: 2114–22.
  • 2. Yeoh E et al. Interventions that restore awareness of hypoglycemia in adults with type 1 diabetes: a systematic review and meta-analysis. Diabetes Care 2015; 38: 1592–609.

Article en question : Cornelis A J van Beers et al. Continuous glucose monitoring for patients with type 1 diabetes and impaired awareness of hypoglycaemia (IN CONTROL): a randomised, open-label, crossover trial. Lancet Diabetes Endocrinol. 2016 Nov;4(11):893-902

Lien vers l’article : http://ac.els-cdn.com.gate2.inist.fr/S2213858716301930/1-s2.0-S2213858716301930-main.pdf?_tid=2f1f1010-d259-11e6-aea3-00000aacb361&acdnat=1483519296_018d421632843f67a6c140e1625df9ee

Le contenu de cet article n’engage que le point de vue de ses auteurs.