Vécu et perception /

LES ACTUALITÉS

  • Et la famille dans tout ça !


  • Par Grabowski D et al., Mise en ligne le

  • 06/10/2017


Le patient diabétique a besoin de ressources pour gérer sa maladie. La famille en est une primordiale. Comment l’impliquer est un enjeu majeur pour les soignants.

Contexte

L’arrivée du diabète de type 2 (DT2) dans la vie quotidienne d’une famille conduit à une adaptation des comportements qui concerne tous les membres de la famille. Le rôle de la famille dans la gestion du DT2 est reconnu par tous comme primordial. Pourtant cet investissement de la famille est un phénomène complexe où les relations interpersonnelles, les besoins et les expectations des différents membres rentrent en jeu. On voit se dessiner dans la famille des comportements aidants, mais aussi de véritables obstructions pour les soins au diabète.
Pour les professionnels de santé, comprendre les fonctionnements familiaux est important pour aider à la mise en place d’un soutien et d’un investissement aidant de la famille pour la personne diabétique.

Étude

Dans cette étude qualitative les auteurs se sont attachés à comprendre les problématiques soulevées par la présence du DT2 dans la famille, la façon dont le soutien familiale devient ressource pour le patient.
A partir de l’analyse de focus groupes conduit auprès de patients et de membres de leur famille d’une part, et de professionnels de santé d’autre part, ils ont, dans un premier temps, identifié les points de rupture dans le fonctionnement familial en lien avec la présence du DT2. Dans un deuxième temps, leur recherche a portée sur différents moyens d’aborder ces points de rupture afin d’y apporter une réponse par les professionnels de santé.
Les bases théoriques de cette analyse reposent sur deux éléments clés pour les auteurs : l’authenticité des soignants dans leur pratique professionnelle et la valeur que la cellule familiale et ses différents membres accordent à la santé.
Six points de rupture ont été identifiés : la difficulté à partager la connaissance sur la maladie et ses traitements entre les membres de la famille, la communication intrafamiliale, la difficulté à comprendre et à accepter les nouveaux rôles à assumer face à la maladie, la routine quotidienne imposée par la maladie et le besoin de maintenir une certaine « normalité », les difficultés à comprendre comment se soutenir les uns les autres, les inquiétudes communes non verbalisées et non reconnues.
Face à ces points de rupture des solutions ont émergés de l’analyse des entretiens :

  • Une communication constructive permet de mieux faire le lien entre le diabète et les comportements en santé ;
  • Une relation authentique favorise l’acquisition de connaissances qui a leur tour aide aux modifications de comportements et au développement du soutien au sein de la famille ;
  • Etre clair sur le rôle que les membres de la famille peuvent avoir lorsque le diabète est présent pour améliorer la communication, éviter mauvaise compréhension, réduire inquiétudes et peurs ;
  • Centrer l’intervention des soignants sur les difficultés rencontrées aide à impliquer la famille
  • Avoir une approche personnalisée pour chaque famille.

Commentaire

Cette étude permet de comprendre comment les proches peuvent être une ressource dans la vie avec le DT2. L’identification des points de rupture de la famille en lien avec la maladie, la valeur accordée à la santé par la famille, et l’authenticité dans la pratique soignante sont les éléments clés du développement de ce soutien que les proches peuvent apporter au patient DT2.
Les auteurs soulignent à plusieurs reprises la complexité des phénomènes engagés. Des structures familiales diverses et pas toujours clairement définies, l’interdépendance des 6 points de rupture identifiés par l’analyse des entretiens, l’importance et l’impact très différents de ces points de rupture dans une famille donnée contribuent à cette complexité.
Pour les soignants s’intéresser à l’histoire de la famille, comprendre les relations, les modes de communication, la valeur accordée à la santé, la perception de la gravité de la maladie sont nécessaires pour aider le patient à trouver et mobiliser des ressources. La connaissance de ces domaines pourra aider dans le développement d’actions éducatives concernant les compétences psycho-sociales.

Article en question :

Grabowski D et al. Involvement of family members in life with type 2 diabetes: Six interconnected problem domains of significance for family health identity and healthcare authenticity. SAGE Open Medicine – 2017,5:1-9

Lien vers l’article : http://journals.sagepub.com/doi/pdf/10.1177/2050312117728654

Le contenu de cet article n'engage que le point de vue de ses auteurs.